NEWS

PORTRAIT D'UN MARINIER

D’un siècle à l’autre, d’une époque à l’autre, d’une génération à l’autre, d’un paysage à l’autre, nous naviguons en compagnie de Monsieur Besle, notre marinier. Quatre vingt un an de souvenirs, de savoir-faire, de traditions mais aussi de regards sur le monde, qu’il nous transmet avec une grande humanité.

Le batelier

Monsieur Besle, 81 ans,  est batelier, capitaine de la Péniche Adélaïde depuis 1991. Après une vie de marinier à bord de sa péniche familiale, puis en entreprise comme convoyeur et enfin artisan capitaine sur son propre bateau pendant plus de trente ans, lors de la grande mise en retraite anticipée des mariniers organisée par le gouvernement en 1984, il est entré au service de la compagnie Péniche Opéra afin de s’occuper de l’entretien et de la navigation des deux péniches de cette compagnie nationale d’Opéra et de théâtre musical. Paris Berlin Prague Avignon, Sètes en péniche que de voyage en musique, en théâtre et en chanson.

C’est à ce titre que depuis deux ans il navigue très régulièrement sur les canaux de l’Est dans le cadre de la tournée de la péniche Adélaide-Grand Est, et sur la Seine et l’Oise.

Le témoignage de ce marinier, né sur une péniche en bois et marinier de sixième génération est précieux. Avec lui c’est tout un pan de notre histoire, de notre mémoire, de notre patrimoine, qui reste encore appréhendable, sensible, vivant.  

A ses côtés Arthur et Chloé, 30 ans, sont bateleurs, ils vont à la rencontre des spectateurs en péniche. Au fil des navigations ils apprennent les gestes du batelier, ils observent les paysages du marinier, ils écoutent les histoires des rivières et des canaux…. d’une génération à l’autre, d’une époque à l’autre, d’un siècle à l’autre, les bateleurs rencontrent le batelier

Le bateau

Vivre sur un bateau, c'est vivre à un rythme lent et constant. Allumer le moteur, quitter le quai, naviguer de 7h jusque 19h, au son du moteur, le paysage défile, les écluses passent, les manœuvres se font et se défont, le paysage défile, parfois le brouillard empêche de poursuivre la navigation, parfois la sécheresse, parfois une écluse en rénovation demande d'emprunter un autre chemin … il n'y a pas de houle, ça tangue légèrement, on avance, doucement, avalant, montant, avalant, montant.

photo 3.jpg
photo 28.jpg